Le guide des bonnes pratiques emailing

1 Shares

Vous qui cherchez un guide des bonnes pratiques emailing, vous êtes au bon endroit.

Et au vu des nombreuses erreurs rencontrées au détour des campagnes, force est de constater que cela s’impose.

Pour être efficace, l’emailing nécessite en effet de respecter certaines règles.

Et même si un article ne suffit pas à toutes les lister, je peux quand-même vous en donner certaines.

Voici donc 5 des bonnes pratiques emailing, pour vous permettre de réaliser des campagnes à fort potentiel de conversion.

Soigner le formulaire d’inscription

Les bonnes pratiques emailing commencent dès le formulaire d’inscription à la newsletter.

Vous n’êtes sans doute pas sans savoir que personne ne peut envoyer d’email à quelqu’un qui n’y a pas consenti.

Hé oui, emailing et RGPD doivent désormais fonctionner ensemble, bon gré mal gré.

La faute justement à trop de mauvaises pratiques en la matière, qui ont conduit les gens à un véritable ras-le-bol.

Il faut dire qu’à force de recevoir des emails non sollicités, la fatigue publicitaire a vite fait de se faire sentir.

C’est pourquoi le RGPD impose d’obtenir l’accord express de chaque utilisateur avant d’envoyer le moindre email.

Il faut donc préparer un formulaire dit d’opt-in pour demander l’accord en question.

Ce formulaire doit être parfaitement clair, car le consentement doit être libre et éclairé.

N’hésitez donc pas à être exhaustif dans vos demandes, afin que l’utilisateur sache exactement à quoi il consent.

Proposez par exemple plusieurs formules d’abonnement : un mail par semaine, un mail par mois, deux par semaine, etc.

Et même si cela ne rentre pas dans les bonnes pratiques emailing, vous pouvez aussi en profiter pour demander l’accord pour les sms.

Une fois que vous aurez obtenu l’accord de l’utilisateur, vous pourrez commencer à lui envoyer des emails.

Mais attention, veillez à bien choisir vos mots pour vos campagnes emailing.

Les spam words, l’anti bonnes pratiques emailing

Certains systèmes de messagerie sont plus sensibles que d’autres, et leur tolérance envers les fameux spam words aussi.

Vous connaissez tous ces mots sensibles, qu’il ne faut surtout pas employer dans un email de prospection.

Il s’agit d’une liste de mots qui vont amener un système de messagerie à considérer un email comme un spam.

Par spam, on entend une tentative de hameçonnage ou un courrier indésirable, non souhaité donc.

Et si un email contient un spam word, il risque fort d’être filtré et de ne jamais arriver à destination.

Parmi les mots interdits les plus connus, citons :

  • gagner de l’argent
  • gratuit
  • faites vite
  • amincissant
  • vous avez gagné

Éviter d’employer des spam words est donc une bonne pratique emailing à adopter.

Et c’est même une règle essentielle en ce qui concerne l’objet de l’email.

Ce dernier est en effet ce que voit l’utilisateur en premier, mais aussi ce que le système de messagerie analyse en premier.

Autant vous dire que si un spam word est détecté dans l’objet, votre email n’aura aucune chance.

On bannit donc ce genre de mots en objet, et on l’évite autant que possible dans le corps de l’email.

Les bonnes pratiques emailing supposent en effet de jongler en permanence entre attirer l’attention et tomber dans le “putaclic”.

Mobile first, l’avenir de l’emailing

Aujourd’hui, la plupart des emails reçus sont consultés sur smartphone ou sur tablette.

L’ordinateur reste privilégié pour consulter ses mails au bureau, mais cet usage reste très marginal en 2020.

Il faut donc composer avec ces nouveaux comportements, et les intégrer au guide des bonnes pratiques emailing.

C’est pourquoi chaque mail doit être conçu en responsive design.

Pour rappel, le design responsive permet au contenu de s’adapter à la résolution de l’écran via lequel il est consulté.

Or, un email créé pour un visuel desktop ne s’affichera pas de la même façon sur un smartphone, à l’écran plus petit.

Pire encore, l’email risque de ne même pas s’afficher du tout sur un écran de téléphone ou de tablette.

Vous avez certainement déjà fait cette déplaisante expérience d’une page web dont il manque des parties quand vous passez d’un pc à un téléphone.

C’est exactement ce qu’il faut éviter pour respecter les bonnes pratiques emailing.

Vous devez ainsi veiller à concevoir chacun de vos emails en responsive design.

Choisissez notamment un template qui s’adaptera parfaitement à chaque taille d’écran.

Vous pouvez aussi scruter les comportements de vos destinataires, afin d’améliorer le taux d’ouverture de vos emails.

Pensez également à optimiser la lisibilité de vos emails.

Penser à la lisibilité des emails

La lisibilité est un critère important pour la réussite des campagnes emailing.

Et dans le cadre des bonnes pratiques emailing, le terme peut revêtir un double sens.

D’un côté, on peut parler de la lisibilité par le destinataire du mail, c’est-à-dire la façon dont son cerveau parvient à interpréter l’email.

L’œil humain peut en effet interpréter différemment un email en fonction de la disposition de celui-ci.

De même, un email peut être plus ou moins difficile à lire selon sa longueur, son ratio texte / images, etc.

Il est important de vous assurer que vos mails soient clairs et lisibles par tous vos destinataires.

Formulez des phrases courtes, allez à l’essentiel, et utilisez des verbes d’action.

Employez un ton adapté à votre image de marque, mais aussi au degré de proximité que vous avez avec vos clients.

Assurez-vous aussi que les informations importantes se trouvent dès le début du mail, afin de capter l’attention dès le début de la lecture.

Bref, le bon sens est certainement la meilleure des bonnes pratiques emailing.

De l’autre côté, on peut parler de la lisibilité par le système de messagerie, c’est-à-dire l’affichage qui va être restitué.

Cela signifie qu’un email peut être affiché partiellement, voire pas du tout, en fonction du langage utilisé.

Par langage, j’entends bien évidemment langage de programmation.

En l’occurrence, une bonne pratique emailing consiste à concevoir tous ses mails en HTML et CSS.

Ces langages de programmation étant universels, ils seront compris par absolument tous les systèmes de messagerie.

Vous assurerez ainsi à vos emails une lisibilité optimale.

Une base de données à jour, LA bonne pratique emailing

Inutile de respecter les bonnes pratiques emailing si vous n’avez pas une bonne base de données.

À quoi sert-il d’envoyer des emails à des adresses erronées ou incomplètes ?

Une base de données non mise à jour régulièrement nuit en effet grandement au taux de délivrabilité des emails.

Or, il n’est pas rare que les gens changent d’adresse mail au fil des années.

Il n’est pas rare non plus que certains se trompent au moment de renseigner leur adresse mail.

Vous pouvez aussi faire une erreur en mettant à jour votre base de données, etc.

Il faut donc vous assurer que toutes les adresses mail en votre possession sont bien correctes.

Vous devrez également vous assurer régulièrement que vos contacts sont toujours bien d’accord pour recevoir vos emails.

Même s’ils ont donné leur consentement une première fois, ils ne seront peut-être plus d’accord quelques mois plus tard.

Alors pour éviter de perdre du temps à rédiger et envoyer des mails qui atterriront dans les spams, mieux vaut prendre les devants.

N’oubliez pas qu’une base de données à jour vous permet de gagner du temps et de l’argent.

Ne négligez donc pas cette tâche, certes un peu chronophage mais néanmoins indispensable.

1 Shares

Laisser un commentaire