5 questions pour comprendre la curation de contenu

3 Shares

La curation de contenu, encore un nom barbare pour désigner une énième pratique marketing douteuse ?

Le nom a quelque chose d’un peu barbare en effet.

Mais la pratique, elle, n’a vraiment rien de douteux.

Elle est même de plus en plus prisée par les marketeurs sur Internet.

Seulement, beaucoup d’entre eux l’utilisent mal, se pénalisant ainsi eux-mêmes.

Pour vous éviter de subir le même sort, je vous propose de répondre à cinq questions sur la curation de contenu.

Qu’est-ce que la curation de contenu ?

Le terme curation de contenu est un néologisme, tiré de l’anglais “content curation”.

Lui-même provient du latin “curare”, qui signifie littéralement “prendre soin de quelque chose”.

La curation de contenu est un procédé qui consiste à sélectionner divers contenus sur le web, afin de les partager sous un autre format.

Les contenus sont ainsi triés, sélectionnés, et repartagés pour le compte d’un autre.

Ces derniers sont également rassemblés autour d’une thématique bien précise.

La curation concerne tous les types de contenus : images, vidéos, articles de blog, etc.

La plupart du temps, on utilise une plateforme dédiée à cette activité.

On a alors le choix entre plusieurs techniques de partage.

L’agrégation consiste par exemple à rassembler tous les contenus “bruts” au sein d’une même plateforme.

On peut aussi retravailler les contenus dans le but d’en isoler les éléments essentiels.

Dans ce cas, ce sont uniquement ces éléments qui seront partagés avec les utilisateurs.

La curation de contenu pourrait s’apparenter à de la veille concurrentielle.

Car les deux consistent à garder un oeil sur tous les contenus qui concernent la thématique traitée.

Mais en réalité, ce sont deux pratiques bien distinctes.

La curation de contenu vise en effet à trouver les contenus qui vont plaire à une audience.

Alors que la veille concurrentielle se concentre plutôt sur ce qui intéresse l’entreprise qui la réalise.

Pourquoi faire de la curation de contenu ?

La curation de contenu offre de nombreux avantages.

Déjà, elle permet de faire gagner du temps à tout le monde.

À vous pour commencer, car vous vous épargnez la tâche chronophage de créer de nouveaux contenus.

Mais aussi à vos visiteurs, pour qui vous proposez directement les contenus les plus pertinents dans leur thématique de prédilection.

C’est également une pratique moins coûteuse, étant donné qu’il ne s’agit que de reprendre des contenus déjà existants.

Elle peut aussi servir à alimenter les différents réseaux sociaux, en exploitant leur potentiel de viralité.

Par ailleurs, la curation de contenu est un excellent vecteur de partage, qui permet de véhiculer des valeurs.

Ainsi, l’entreprise peut transmettre les idées chères à son coeur.

Mais contrairement à ce qui peut être dit, ce n’est pas seulement du copier-coller.

Il s’agit d’un vrai travail de recherche, qui doit apporter une réelle plus-value au lecteur.

On ne peut donc pas se contenter de piocher au hasard du web, et de restituer comme un perroquet.

C’est d’ailleurs le plus grand danger de la curation de contenu.

Quels sont les limites de la curation de contenu ?

Le principal inconvénient de la curation de contenu, c’est le risque de duplicate content.

Comme vous le savez sûrement, Google n’apprécie pas du tout le recopiage de contenu.

Il faut donc à tout prix éviter de repartager des contenus sans aucun contexte ni enrichissement personnel.

C’est aussi pour cette raison qu’il vaut mieux utiliser une plateforme externe, dédiée à la curation de contenu.

Car les contenus partagés sur un site web indexé par Google risquent fort d’être considérés comme dupliqués.

L’autre risque de la curation de contenu, c’est de recopier bêtement des contenus sans leur donner de sens.

N’oubliez pas que le but est de partager uniquement les contenus les plus pertinents pour le lecteur.

La curation de contenu doit apporter un vrai plus, avec si possible des contenus enrichis.

Il faut donc éviter de sélectionner des contenus qui n’ont pas ou peu de rapport avec la thématique traitée.

De même, il faut s’assurer de partager uniquement les contenus provenant de sites sérieux et fiables.

En bref, il ne faut pas se contenter de faire à la place du lecteur ce qu’il peut faire lui-même.

L’objectif de la curation de contenu est de mâcher le travail aux visiteurs, en étanchant leur soif de culture.

Attention également à l’automatisation du système, qui peut parfois manquer cruellement de pertinence.

Quelles sont les différentes phases de la curation de contenu ?

On distingue généralement quatre phases dans le processus de curation de contenu.

Pour les matérialiser, on peut visualiser un entonnoir inversé, dont la première phase correspond à l’extrémité la plus large.

Cette première phase consiste à collecter tous les contenus susceptibles d’intéresser les lecteurs.

Pas besoin d’être trop sélectif ici, car le but est de centraliser toutes les informations potentiellement pertinentes.

Le tri vient lors de la deuxième phase : la sélection des contenus.

Ici, on va commencer à trier les contenus réunis, dans le but de retenir uniquement les plus pertinents.

Puis vient ensuite la phase de reformulation des contenus.

C’est très certainement la phase la plus importante de la curation de contenu.

Il va s’agir de contextualiser les contenus sélectionnés, afin de leur donner un sens et une valeur ajoutée.

Lors de cette phase, il faut notamment veiller à ne pas modifier l’essence du contenu.

Sortir des phrases d’un article de leur contexte risque d’induire le lecteur en erreur par exemple.

Une fois tous les contenus minutieusement choisis et reformulés, il ne reste plus qu’à les partager.

Pour ça, on utilisera de préférence une plateforme externe de curation de contenu.

Quels outils de curation de contenu choisir ?

Il existe de nombreux outils de curation de contenu.

Feedly est très certainement le plus connu de ces outils.

Complète et personnalisable à souhait, son interface est très appréciée des utilisateurs.

Google a lui aussi lancé sa propre plateforme de curation de contenu : Google Alertes.

Sa particularité réside dans l’envoi d’une alerte à l’utilisateur dès qu’un contenu correspondant à sa thématique de prédilection est publié.

Pinterest est à la fois un outil de curation de contenu et un réseau social dédié au partage d’images.

On peut notamment y créer des tableaux, au sein desquels sont rassemblées plusieurs images.

Les épingles permettent de signaler à l’utilisateur les images les plus pertinentes pour lui.

C’est d’ailleurs un excellent moyen de travailler son seo Pinterest.

Pour la curation sur mobile, Flipboard est un très bon outil.

Les contenus sont rassemblés par thématiques, que l’utilisateur peut choisir et sélectionner à son gré.

L’interface est également très intuitive et ergonomique, ce qui constitue un bon point pour l’expérience utilisateur.

Quel que soit l’outil de curation de contenu, la pratique est une façon idéale de gagner en notoriété, tout en apportant une valeur ajoutée aux lecteurs.

3 Shares

Laisser un commentaire