Quelles sont les meilleures compétences d’un entrepreneur et comment en acquérir de nouvelles

Par Richard

12/06/2019

Les compétences d’un entrepreneur sont diverses et variées.

Et être entrepreneur, ce n’est pas donné à tout le monde.

Certains se lancent dans l’aventure sans en avoir pris la pleine mesure.

Résultat : ils se retrouvent noyés sous les échéances et les obligations, auxquelles ils ne peuvent plus faire face.

C’est d’ailleurs pour ça que plus de la moitié des entreprises ferment après un an d’activité.

Il faut donc bien savoir dans quoi on met les pieds si on veut avoir une chance de sortir du lot.

Et inutile d’espérer réussir si on ne possède pas ces qualités d’entrepreneur.

L’autonomie

La première compétence d’un entrepreneur, c’est de savoir travailler en toute autonomie.

Car si certains peuvent se payer le luxe de s’entourer d’une équipe, la plupart n’ont pas cette chance.

Ils doivent donc travailler seuls, et se débrouiller par eux-mêmes.

Ce qui suppose de savoir travailler en totale autonomie, sans patron ni équipe.

Et tout le monde ne sait pas s’auto-manager.

Certains ont en effet besoin d’un supérieur qui les pousse à atteindre leurs objectifs.

En tant qu’entrepreneur, il faut se pousser soi-même en permanence.

Ce qui implique aussi de savoir se débrouiller tout seul, sans aide.

Être débrouillard

Les skills ou compétences d’un entrepreneur sont très axées autour de la débrouillardise.

Car ce statut impose de facto une solitude au travail.

Contrairement au salariat, qui permet d’avoir accès à de nombreuses ressources sans avoir à le demander.

L’entrepreneur, lui, doit savoir faire ses propres recherches.

S’il veut trouver une formation par exemple, il doit le faire lui-même.

Idem s’il cherche un prestataire.

D’une manière générale, un entrepreneur doit tout faire tout seul.

Il doit donc également posséder de bonnes qualités de négociateur.

L’art de la négociation

La négociation fait partie intégrante de la palette de compétences d’un entrepreneur.

Les entrepreneurs ont très souvent à négocier des contrats dans le cadre de leur activité.

Mais c’est une catégorie professionnelle plus vulnérable que les grandes entreprises.

Un auto-entrepreneur a souvent moins d’impact et d’autorité en terme de professionnalisme par exemple.

Les gens ont donc plutôt tendance à se méfier quand ils ont à traiter avec un entrepreneur.

D’autres, partant du principe que les entrepreneurs sont fragiles économiquement, n’hésitent pas à en profiter.

Quitte à leur demander de se brader, dans l’irrespect le plus total.

Un entrepreneur doit donc savoir négocier, mais aussi avoir le sens du relationnel.

Le sens du relationnel

La première chose par laquelle doit débuter un entrepreneur, c’est se constituer un réseau professionnel.

Car peu importe l’activité, on n’est jamais vraiment efficace si on ne sait pas s’entourer.

Cultiver le sens du relationnel fait donc partie des skills essentielles d’un entrepreneur.

Un entrepreneur se doit d’être avenant pour convaincre.

C’est notamment utile pour démarcher de nouveaux clients dans les conférences ou les salons par exemple.

Les entrepreneurs ont également parfois affaire à des clients délicats à gérer.

Le sens du relationnel aide donc à mieux négocier.

Mais ça suppose d’avoir un minimum confiance en soi, afin d’inspirer confiance aux autres.

Avoir confiance en soi

Le quotidien d’un entrepreneur n’est pas toujours rose.

Comme je viens de le dire, on rencontre parfois de sérieux problèmes de crédibilité.

Ce statut particulier en angoisse plus d’un, et beaucoup refusent de travailler avec les entrepreneurs.

Il faut donc savoir afficher une confiance en soi en béton armé.

Car quelqu’un de peu sûr de lui renverra forcément une image négative à son entourage.

Alors qu’un entrepreneur plein d’assurance inspirera toujours plus la confiance.

Savoir montrer qu’on a confiance, et surtout faire rayonner cette confiance, est une qualité essentielle.

Et ce, malgré la peur de l’échec qui ronge n’importe quel entrepreneur.

Ne pas avoir peur de l’échec

Qu’on soit bien clair : la peur de l’échec n’épargne personne.

Mais les entrepreneurs y sont particulièrement sujets.

Ils sont soumis à la pression de la réussite, qui les oblige à produire des résultats rapidement.

Le problème, c’est que l’échec est intrinsèque à l’entrepreneuriat.

Beaucoup se jettent à corps perdu dans l’aventure, mais sont vite stoppés en plein vol par la violence de la réalité.

Et si un entrepreneur salarié est moins soumis à cette pression, ce n’est pas le cas de ceux qui font ça à temps plein.

Être entrepreneur implique donc d’avoir une solide résistance à la pression, et de ne pas craindre l’échec.

Ceci dit, on peut toujours limiter les risques d’échec en étant particulièrement organisé.

La capacité d’organisation

L’entrepreneur étant généralement autonome et livré à lui-même, il doit être d’autant plus organisé.

Il doit savoir anticiper les imprévus et tenir les délais imposés par les clients.

Ce qui est totalement impossible sans un planning et un minimum de rigueur.

L’organisation évite la surcharge de travail, et le tant redouté burn out de l’entrepreneur.

S’organiser permet aussi d’éviter la procrastination, la pire chose qui puisse arriver à l’entrepreneur.

C’est également une bonne façon de se rassurer quant à l’avenir.

Les différentes techniques d’organisation ne doivent avoir aucun secret pour les entrepreneurs.

Bref, une bonne organisation est la clé d’un entrepreneuriat réussi.

La persévérance, principale compétence d’un entrepreneur

La persévérance est la suite logique de toutes les autres compétences de l’entrepreneur.

Toutes les autres compétences d’entrepreneur ne sont rien sans celle-ci.

Il faut une sacrée dose de persévérance pour continuer son activité malgré les obstacles.

Que ce soit pour dompter la peur de l’échec ou pour garder la motivation face aux difficultés.

Pour réussir, un entrepreneur se doit de persévérer quoi qu’il arrive.

Il doit accepter l’idée que tout ne fonctionnera pas toujours selon ses plans.

Il doit aussi accepter qu’il ne réussira pas forcément.

Mais un entrepreneur qui ne sait pas faire preuve de persévérance ne peut pas se donner à fond.

Il sera toujours paralysé par la peur ou par les difficultés, et n’obtiendra jamais rien de bon.

Bien sûr, il y a beaucoup d’autres compétences d’entrepreneur qui sont essentielles à la réussite.

Un chef d’entreprise qui emploie des salariés devra notamment savoir déléguer et manager.

L’esprit d’équipe et le leadership sont également indissociables de l’entrepreneuriat.

Chaque type d’activité nécessitera donc des compétences entrepreneuriales différentes.

Comment acquérir de nouvelles compétences pour s’améliorer ?

Nous venons de voir quelques unes des principales compétences que doit posséder un entrepreneur.

Bien souvent, les compétences entrepreneuriales s’acquièrent par l’expérience.

Mais l’acquisition de nouvelles connaissances par l’éducation joue également un rôle majeur.

Améliorer vos savoirs techniques ou travailler sur votre développement personnel peuvent en effet vous aider à avancer dans votre carrière professionnelle, faire décoller votre business, à gagner du temps dans la réalisation de certaines tâches, ou encore vous libérer du stress.

Formations par des professionnelles ou formation en autodidacte, il existe plusieurs manières de développer ses compétences entrepreneuriales.

Cela dépend de la personnalité de chacun.

Monter en compétences est à la portée de tout le monde.

Peu importe votre statut, que vous soyez salarié ou entrepreneur, se former en continue est bénéfique. 

Comprendre la relation entre conscience et compétence

Afin de mettre toutes les chances de votre côté pour obtenir de nouvelles compétences, vous devez commencer par comprendre la relation entre les compétences détenues par un individu, et sa capacité à en avoir conscience.

Voici donc les 4 types de profils qui vont vous aider à savoir si vous avez besoin d’augmenter vos compétences, ou non.

  • L’incompétent conscient : il a conscience de son niveau de compétence bas, mais il a une marge de progression. Il faut donc faire un point sur ses aptitudes et fixer des axes d’amélioration.
  • L’incompétent inconscient : ce type d’individu n’a pas conscience que ses compétences sont faibles ou inexistantes. Il est plus difficile de lui faire comprendre son niveau actuel.
  • Le compétent conscient : ce profil n’a pas véritablement besoin d’acquérir de nouvelles compétences personnelles.
  • Le compétent inconscient : le travail à réaliser sur ce type de profil est la prise de conscience et de confiance, sans quoi il ne peut pas évoluer et obtenir de nouvelles compétences.

Acquérir des compétences en suivant des formations et coachings

Pour gagner en compétences, beaucoup de personnes aiment se tourner vers des coachings et formations accompagnées.

Ces formations peuvent être dispensées par des entreprises, ou suivies sur des heures personnelles

Voici plusieurs moyens d’acquérir des compétences en suivant le principe des formations :

  • Les formations en présentiel ou à distance : ce sont les plus courantes et elles se déroulent généralement sous la même forme que durant les études, que ce soit en présentiel ou à distance. 
  • Suivre des coachings professionnels : les coachings sont généralement personnalisés et les accompagnements plus poussés. Vous pouvez trouver ces coachings grâce à votre entreprise ou en cherchant sur LinkedIn ou sur Internet de manière générale. Les coachings sont rarement reconnus comme des diplômes d’Etat.
  • Participer à des conférences et salons professionnels : les conférences sont généralement orchestrées par des professionnels de divers secteurs. Elles sont adaptées à différents types de profils.

Si vous souhaitez vous former en ligne, vous pouvez vous tourner vers différents sites tels que : 

  • Coursea : ce site propose des cours tels qu’à l’Université.
  • Koudeta : une formation pour les entrepreneurs avec des cours vidéos sur l’entrepreneuriat pour vous aider à lancer et gérer votre business.
  • Codecademy : cette formation est idéale pour les développeurs et les personnes qui souhaitent lancer leur business en évitant de faire les erreurs des start-up
  • Datamonkey : pour vous familiariser avec le Big Data.
  • Hootsuite Academy : cette plateforme est idéale pour les futurs ou actuels managers en charge des réseaux sociaux et de la communication.
  • Koober : cette plateforme est originale puisqu’elle propose des résumés de livres que tout entrepreneur devrait avoir lu.

Acquérir de nouvelles compétences en travaillant sur-soi 

Il est possible que suivre une formation ne vous corresponde pas.

Le retour à la théorie pure et dure n’est pas faite pour tout le monde. De plus, il se peut que vous sentiez que le travail est davantage à faire sur vous-même.

Pour ce faire, vous préférez donc acquérir de nouvelles compétences en développant des compétences externes à votre profession.

Voici donc plusieurs exemples d’exercices à réaliser par vos soins :

  • Travailler son leadership en prenant plus de responsabilités : ne pas être capable de prendre des initiatives peut être un fardeau dans la vie professionnelle comme personnelle. Il faut donc vous challenger et sortir de votre zone de confort pour être capable de prendre des décisions par vous-même et faire avancer vos projets. Pour cela, n’hésitez pas à demander plus de responsabilités à votre supérieur. 
  • Travailler en équipe : le travail en équipe permet de favoriser l’intelligence collective. En mettant en commun des idées, en entendant des collaborateurs adopter un système de réflexion différent du vôtre, vous augmentez inconsciemment vos compétences. Cela implique donc également d’accepter les conseils des autres.
  • Passer à l’action et résoudre des problèmes : c’est en faisant que l’on apprend. Si vous ne prenez pas le risque de vous tromper, vous ne pourrez pas apprendre, avancer et acquérir de nouvelles compétences. On apprend souvent davantage sur le trajet, plutôt qu’à l’arrivée.
  • Améliorer son organisation : pour avoir le temps d’apprendre de nouvelles choses, il faut avoir un minimum d’organisation. Sans cela, vous ne cessez de penser à diverses tâches et ne pouvez pas vous concentrer. Essayez donc toujours d’avoir une longueur d’avance.
  • Apprendre à se connaître : connaître ses points forts et ses points faibles est important pour prendre confiance en soi tout comme pour se fixer des objectifs réalistes. Il faut donc connaître ses limites pour ne pas connaître d’embûches qui pourraient vous faire repartir à la case départ et perdre confiance en vous.
  • Réaliser des études de cas : les études de cas mettent en scène des situations diverses et variées afin d’illustrer des principes théoriques.

Quelles sont les bonnes habitudes à prendre pour acquérir de nouvelles compétences ?

Acquérir de nouvelles compétences, ce n’est pas uniquement une question d’apprentissage.

En effet, si vous souhaitez évoluer dans votre vie et dans votre carrière, vous allez devoir adopter certaines habitudes. 

Il s’agit évidemment de bonnes habitudes qui vous aideront à surmonter les éventuels obstacles que vous pourrez rencontrer.

D’ailleurs, si vous les appliquez à la lettre, elles pourraient même vous aider à devenir un bon leader au travail et une personne épanouie au quotidien. 

1. Prendre connaissance de ses forces et de ses faiblesses

Connaître et admettre ses bons et ses mauvais côtés, ce n’est pas donné à tout le monde.

Comme je vous le disais précédemment, il existe 4 types de profils à ce sujet.

Et généralement, la plupart des personnes se classent parmi les compétents et les incompétents inconscients. 

Pourtant, avoir une bonne connaissance de ses forces et de ses faiblesses est le meilleur moyen d’évoluer en obtenant de nouvelles compétences.

Mais pour y parvenir, il est important de se poser les bonnes questions : 

  • À quel point êtes-vous motivé pour apprendre ?
  • Quelles sont vos réelles motivations ? 
  • Votre espace de travail est-il propice à l’apprentissage ? 
  • Votre mémoire est-elle efficace ?
  • Est-ce que vous avez suffisamment confiance en vous ?
  • Quelles sont les difficultés que vous rencontrez ?

Bien entendu, cette liste n’est pas exhaustive et dépend principalement de vos besoins et de vos objectifs. 

Néanmoins, une fois que vous en saurez plus sur vous-même, vous serez en mesure de choisir les compétences que vous souhaitez acquérir. 

2. Opter pour des compétences émergentes

Le monde est en constante évolution, et il en est de même pour tout ce qui touche au domaine des compétences.

Effectivement, un savoir qui pouvait s’avérer très utile à l’époque des monarques peut n’être d’aucune utilité dans l’époque à laquelle nous vivons. 

C’est là tout l’intérêt de se tourner vers les compétences émergentes.

Pour faire simple, il s’agit des nouvelles connaissances et des savoirs qui sont apparus à la suite de l’évolution de la technologie

En optant pour ces derniers, vous pourrez ainsi vivre avec votre temps, ce qui vous permettra de créer plus d’opportunités. 

3. Privilégier la pratique à la théorie

La théorie est un passage important de n’importe quel processus d’apprentissage.

Toutefois, rien ne vaut la pratique pour déterminer si l’on maîtrise réellement ce qu’on vient d’apprendre.

Cela permet non seulement de confirmer ses compétences, mais également de stimuler sa mémoire.  

De plus, dans ce contexte, une compétence acquise représente un objectif atteint

Pratiquer ses leçons est donc également un excellent moyen de se motiver pour relever de nouveaux défis. 

4. Éviter de travailler tout seul  

Personne ne peut se suffire à lui-même et l’Homme est un être social. 

Cela s’applique d’ailleurs à tous les domaines, même à celui de l’apprentissage.

Ainsi, si vous souhaitez obtenir de meilleurs résultats, l’idéal est de vous trouver un compagnon pour vous accompagner dans votre parcours.

Cela peut être un ami, un parent, un professeur ou une personne rencontrée au hasard. 

De plus, avoir un partenaire de travail est également un excellent moyen de partager ses centres d’intérêt avec quelqu’un. 

Vous l’aurez compris, acquérir de nouvelles compétences est à la portée du plus grand nombre.

Pour que cela soit possible, il faut d’abord faire un travail d’introspection et apprendre à se connaître.

Une fois cela fait, libre à vous de demander l’avis de vos proches ou de vos collaborateurs.

Admettre que l’on a besoin de s’améliorer demande de la force mentale, ainsi que de mettre son ego de côté.

Sans cela, il est impossible d’avancer.

Si vous pensez que vous connaissez déjà tout, alors votre marge de progression est inexistante.

Prenez connaissance de vos atouts comme de vos faiblesses.

À propos de l'auteur

Consultant en webmarketing et entrepreneur depuis 2013, j’ai créé l’un des sites leader sur la séduction en France avec 1,2 millions de visiteurs annuels et plus d’un millier d’hommes coachés.
En 2017 je décide de créer le site ApprentiMillionnaire et sa chaîne YouTube associée pour aider les entrepreneurs à développeur un business en ligne rentable.

Richard

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Rejoignez la communauté

Recevez par email des vidéos et conseils exclusifs pour développer votre business

>