16 astuces d’experts SEO pour augmenter sa position sur Google

Par Richard

28/01/2021

N’importe qui a un jour rêvé d’être premier sur Google.

C’est en effet le but de tous ceux qui désirent se lancer en marketing digital.

Il faut dire que le SEO est devenu un enjeu majeur ces dernières années.

Désormais, il ne suffit plus d’être bien positionné : il faut être premier sur Google.

C’est en tout cas ce qu’affirme une étude menée par le site Backlinko.

Fort de l’analyse de quelques 5 millions de résultats de recherche Google, le site a démontré l’importance des premiers résultats Google.

Selon cette étude, le premier des dix résultats affiche en effet un taux de clic de 31,7 %.

Un taux de clic qui tombe à 24 % pour le second résultat.

Et l’étude Backlinko va même plus loin, en soulignant que les trois premiers résultats Google rassemblent à eux seuls plus de 75 % des clics.

Des chiffres très éloquents, grâce auxquels il n’est pas nécessaire d’aller plus loin pour comprendre l’importance d’être premier sur Google.

Cela signifie en effet deux choses.

D’une part, l’utilisateur (plus d’un tiers en l’occurrence) a tendance à cliquer instinctivement sur le premier résultat.

D’autre part, il ne s’embarrasse guère de consulter les résultats situés en bas de la page.

On comprend donc aisément qu’il ne suffit pas d’être en première page.

Il faut en effet être premier sur Google.

Mais voilà, augmenter sa position sur Google n’est pas une tâche facile.

Pour autant, on ne compte plus le nombre de sites spécialisés qui proposent des méthodes miracle pour booster son trafic organique.

Mais le SEO, ça n’a justement rien d’un miracle.

Avoir un bon positionnement sur le moteur de recherche numéro 1 sur Internet est un travail sur le long terme, qui nécessite beaucoup de patience et d’ajustements.

Mais surtout, travailler sur le référencement naturel pour atteindre la position zéro ou du moins la première page de recherche demande d’appliquer des techniques d’optimisation spécifiques.

Parce que oui, pour accroître le trafic de son site internet, il faut savoir optimiser sa présence sur la toile.

D’ailleurs, depuis quelques années, les optimisations SEO sont plus que jamais au coeur des débats.

Il est en effet totalement inenvisageable aujourd’hui de posséder un site web qui ne soit pas optimisé pour les moteurs de recherche.

Et ceux qui ne le sont toujours pas en pâtissent fortement au niveau du trafic.

Seulement voilà.

Comme je vous le disais, le SEO c’est un travail de longue haleine, qui ne peut fructifier qu’au prix d’efforts quotidiens.

Des efforts que tout le monde n’a pas forcément le temps ni l’envie de faire.

Par ailleurs, le SEO se voit souvent coller une étiquette de science barbare.

Une discipline élitiste, réservée uniquement aux grands de ce monde, où à ceux qui ont les moyens.

Alors qu’en fait, ce n’est pas du tout le cas !

Certes, on ne devient pas Laurent Bourrelly ou Sylvain Peyronnet du jour au lendemain.

Mais contrairement aux idées reçues, de nombreuses optimisations SEO sont accessibles aux débutants.

Il suffit juste de s’y atteler sérieusement, et d’avoir à l’esprit que ça ne peut être que bénéfique à son site web.

En cela, j’ai décidé de vous livrer sur un plateau quelques unes de mes astuces SEO qui m’ont permis de générer plus de 1,2 millions de visiteurs annuel sur l’un de mes sites.

Ces astuces vous permettront à coup sûr d’accroître votre trafic en améliorant votre positionnement dans les SERP.

Pour ce faire, mon argumentaire sera articulé autour de trois axes bien précis.

Chacun d’eux correspondant à un critère de référencement essentiel pour Google.

Je dis « essentiel » car des critères, il en existe plus de 200.

Et il y en a sans doute d’autres qu’on ne connaît pas.

Mais parmi tous les critères de référencement que Google a pu incorporé dans son algorithme, certains sont plus importants que d’autres.

Ce sont :

  • Le contenu.
  • Les performances techniques.
  • Le réseau de liens.

Toutefois, et avant d’aller plus loin, je tiens à souligner une chose : il n’existe pas de recette miracle pour être en première position Google.

Il n’existe même aucune méthode miracle pour être ne serait-ce qu’en première page Google.

Ceci est du au mystère qu’entretient volontairement le roi des moteurs de recherche à propos de ses algorithmes.

Google met en effet un point d’honneur à rester très vague dans les conseils donnés aux utilisateurs.

Il est donc impossible de savoir précisément ce qui est attendu pour être premier sur Google.

On peut toutefois s’appuyer sur les les 3 critères vus précédemment pour augmenter nos probabilités d’être mieux positionné dans les SERP.

Ceci étant dit, et avant de voir ces critères un par un, quelques conseils de base en référencement s’impose.

Conseils SEO basiques mais importants

Si vous êtes débutant dans le domaine du web, il se peut que vous ne soyez pas encore totalement familiarisés avec les techniques de référencement. 

Afin de vous faciliter la tâche et vous éviter tout problème futur, voici 4 précieux conseils à prendre en considération.

1. Faire un audit

L’audit est la phase la plus importante de votre campagne SEO si vous souhaitez améliorer votre référencement.

Durant cette étape, vous allez évaluer toutes les actions que vous allez devoir mettre en place par la suite.

Il faudra essentiellement vérifier la pertinence de vos mots clés, le bon remplissage des balises, la qualité du contenu et la notoriété du site.

Ce sera également l’occasion d’apporter des améliorations et des corrections à la sémantique de votre site.

Je vous recommande pour cela l’outil RM Tech des experts en référencement naturel Francophones Olivier Duffez et Fabien Faceries.

2. Définir les objectifs et le planning

Vos actions de référencement auront pour finalité d’améliorer le positionnement de votre site dans les résultats de recherche de Google.

Cependant, il est important de considérer que vous ne gagnerez pas la première place du premier coup. 

Par conséquent, des objectifs de trafic et de visites devront être mis en place pour vous mettre sur la bonne voie.

Chaque semaine ou chaque mois, fixez-vous un chiffre ou un pourcentage précis à atteindre durant une période donnée. 

Établissez ensuite les différentes techniques dont vous allez user pour y parvenir (production de contenus, partage sur les réseaux, création de backlinks, etc.).

Si vous n’avez pas obtenu le résultat escompté à la fin du temps imparti, procédez à une auto-évaluation et à un ajustement. 

3. Travailler d’abord la partie On-Site

La partie On-Site est constituée par les différentes actions SEO que vous allez entreprendre directement sur votre site.

Elle diffère en cela de la partie Off-Site où les actions de référencement se passent en dehors de ce-dernier.

Vous pouvez donc considérer le On-Site comme le poumon de votre activité, car elle vous permettra de satisfaire à la fois les moteurs de recherche, mais également vos visiteurs. 

La campagne On-Site concerne les contenus (images, textes, vidéos, etc.), les balisages, l’expérience utilisateur et le maillage interne. 

4. Faire de l’amélioration continue

Maintenant que votre site est bien fait sur la partie On-Site et que vous avez des processus pour créer des bons contenus, vous allez devoir travailler sur la continuité de votre site.

Car oui, pour que votre site continu à progresser et à avoir de plus en plus de trafic il va falloir à la fois produire de nouveaux contenus et acquérir de nouveaux liens.

Vous allez donc devoir mettre en place ces deux processus en parallèle, c’est la clé de la réussite d’une campagne SEO.

Ceci étant dit, et maintenant que vous êtes familiarisé avec les bases, voici quelques unes de mes meilleurs astuces et conseils pour augmenter votre position sur Google.

À consommer sans modération.

1. Augmenter sa position Google grâce au contenu

Je vous le répète souvent, mais ça fait toujours du bien de l’entendre.

Le contenu est le premier ranking factor ou facteur de référencement pris en compte par Google et ses robots.

Il est donc essentiel d’alimenter régulièrement votre site web en contenus.

Et qui dit contenu dit forcément stratégie de mots clés.

Utiliser les bons mots-clés

C’est un fait, le référencement de votre site internet se fait à travers la publication d’articles.

Aucun expert SEO ne vous dira le contraire.

Mais cette publication de contenu doit toutefois être intégré dans une stratégie développé autour de la recherche de mots-clés pertinents.

Le mot clé, c’est en effet ce qui va permettre à Google de comprendre de quoi traitent vos pages.

Or, trop de gens font encore l’erreur de le prendre à la légère.

Du coup, ils choisissent leurs mots clés un peu au hasard, en espérant que ça fonctionne.

Et si ça peut effectivement fonctionner dans certains cas, c’est juste une heureuse coïncidence.

Car le reste du temps, un mauvais choix de mots clés ne mène à rien.

Donc si vous souhaitez mettre toutes vos chances pour vous retrouver premier dans Google, un conseil : prenez le temps de choisir scrupuleusement vos mots clés.

Et pour y arriver, l’un des moyens est de se mettre à la place de l’utilisateur.

Il faut donc savoir comment il pense, et surtout à quoi il pense.

Ceci permettra de trouver les mots clés à travailler pour apparaître en première page Google.

Les mots clés servent en effet à trouver le contenu idéal à proposer à l’utilisateur pour lui plaire.

Or, ce qui plaît à l’utilisateur plaît aussi à Google, qui indexe le contenu en conséquence.

Pour cela, il est essentiel d’étudier et de comprendre l’intention de recherche.

Pour rappel, l’intention de recherche désigne le résultat voulu par un internaute qui tape une requête Google.

Elle peut être informationnelle, transactionnelle ou encore navigationnelle.

Pour être premier sur Google, c’est principalement sur la première catégorie qu’il faudra se concentrer.

La requête transactionnelle est également intéressante, mais elle est plutôt optimisée dans un but de conversion.

Quant à la requête navigationnelle, elle n’a que peu d’intérêt d’un point de vue trafic.

Elle signifie en effet que l’internaute sait déjà sur quel site il veut se rendre, et qu’il tape donc directement le nom de domaine en mot clé.

C’est pourquoi ce type de requête est le fruit d’une bonne communication en amont, et non d’un bon travail de seo.

Pour être premier sur Google, il faudra donc comprendre la volonté de l’utilisateur, afin de deviner quels mots clés il va utiliser.

Comprendre ce que veut obtenir l’internaute quand il tape un mot clé permettra également d’adapter les contenus proposés.

Notez aussi que pendant longtemps, la plupart des sites ont appliqué la règle suivante : une page = un mot clé.

Mais cette stratégie a depuis été largement remise en cause.

Et aujourd’hui, il est tout à fait possible de ranker sur plusieurs mots clés en une seule page.

Attention toutefois à bien respecter la même thématique.

N’essayez même pas d’améliorer votre référencement avec deux mots clés totalement opposés au sein d’une même page.

Mais pour une seule page, vous pouvez parfaitement optimiser deux ou trois mots clés proches les uns des autres.

Veillez également à bien travailler la sémantique autour de la thématique de vos mots clés.

Parce que oui, pour être bien considéré par Google, vos contenus doivent graviter autour de thématiques précises se rattachant à la niche ou au marché visé par votre site.

Ce qui implique de bien choisir ses mots clés et de travailler sur la sémantique qui s’y rattache.

Ceci aide Google à bien comprendre de quoi traite concrètement votre page et votre site.

Donc, plus vous serez précis dans le choix de vos mots clés, plus il le comprendra vite.

Et mieux il référencera vos pages en conséquence.

Concernant le choix des mots clés maintenant, sachez que l’on choisit généralement les mots clés en fonction de leur volume de recherche mensuel, ou volumétrie.

C’est en effet un bon indicateur de la popularité et de la concurrence d’un mot clé.

Plus la volumétrie est élevée, plus le mot clé est populaire, mais plus il est concurrentiel également.

Ainsi, pour gagner en position sur Google, il est préférable de choisir des expressions spécifiques, avec un faible taux de recherche.

Focalisez-vous donc sur les mots-clés dits de « longue traîne ».

Une fois que votre site sera catégorisé comme assez puissant par Google, vous pourrez vous permettre d’essayer de vous positionner sur des mots-clés avec un volume de recherche plus important.

Enfin, faites également bien attention à la place de vos mots clés.

Car ces derniers n’auront pas le même impact selon qu’ils soient placés dans un titre ou à la fin d’un texte par exemple.

Sachez que le mot clé ciblé doit impérativement se trouver dans le titre, et dans la méta-description de votre page.

Normal, étant donné que ce sont les premiers éléments que Google va analyser.

A partir de là, veillez à insérer des occurrences un peu partout sur votre page.

Y compris sur vos images.

Optimiser ses images

Quand on parle d’optimisations SEO, on pense trop peu aux images.

Pourtant Google Images, Bing Images et compagnie sont des moteurs de recherche à part entière qui génèrent eux aussi un nombre impressionnant de requêtes chaque année.

C’est pourquoi, dans votre optique de gagner en visibilité sur le web, mettre en place les actions nécessaires pour référencer une image est tout aussi important que le référencement texte ou tout autre type de contenu.

Et ça fait justement partie des optimisations SEO pour débutant dont je vous parlais en titre.

D’ailleurs, si vous vous intéressez au SEO, vous avez peut-être déjà observé le phénomène.

En fonction des requêtes, il arrive en effet que Google affiche des images en première place.

Les contenus éditoriaux sont ainsi relégués à la seconde place, au profit des images.

Si l’utilisateur clique dessus, il sera en effet redirigé vers le site web, qu’il pourra visiter plus en détail.

Et il ne s’agit pas de Google images, mais bel et bien des SERP générales.

Une raison de plus pour prendre le temps d’optimiser ses images.

Ceci étant dit, pour bien optimiser une image, il suffit de suivre quelques conseils très simples.

Déjà, prenez l’habitude de toujours renommer vos images.

Car Google n’aime pas les titres du genre « DC2954.jpeg », qui le perturbent alors qu’un titre est censé l’aider à cerner l’image rapidement.

Pensez aussi à attribuer une balise alternative à chacune de vos images.

Il s’agit du texte qui va s’afficher sur l’écran en cas de bug de l’image en elle-même.

En raisonnant comme un utilisateur lambda, tout le monde peut choisir une bonne balise alternative.

Elle doit être courte, pertinente, et contenir le mot clé visé.

En outre, l’image doit aussi être rapide à charger.

En ce sens, privilégié les images au format webp, bien plus légère que son grande frère le png ou le jpg.

Donc pour résumer, l’optimisation d’une image se fait assez facilement.

Il suffit pour cela de lui ajouter :

  • Une compression webp ;
  • Un titre contenant le nom du mot clé ciblé comme par exemple : augmenter-position-google ;
  • Un texte alternatif comme par exemple le titre de votre article : astuces SEO pour augmenter sa position Google ;
  • Une légende : la même que le texte alternatif ;
  • Une description : la même que le texte alternatif.

Créer des publications régulièrement

L’un des premiers critères que Google prend en compte avant de mettre en avant un site internet, c’est la régularité de ses publications.

Si votre site web n’a pas accueilli d’articles depuis 3 ans, vous ne devez pas être étonné de voir d’autres sites prendre votre place sur certains mots-clés.

L’algorithme Google apprécie les sites actifs qui proposent du contenu régulier.

La création de contenu permet donc d’obtenir une meilleure position sur Google.

Bien évidemment, il n’est pas évident de mettre à jour constamment les pages de son site.

C’est pourquoi vous avez tout intérêt à tenir un blog.

Ce dernier étant le support idéal pour y ajouter du contenu de manière régulière.

Je vous conseille donc de publier plusieurs fois par semaine, ou au moins une fois toutes les semaines.

Si cette tâche représente trop de travail pour vous, n’hésitez pas à faire appel à un rédacteur web SEO.

Créer du contenu inédit, varié et de qualité

Cette astuce SEO réside dans la qualité des contenus que vous rédigez, quelqu’il soit (article de blog, fiche produit etc.).

Ces derniers doivent en effet réunir trois critères essentiels : inédits, complets en apportant une réelle valeur ajoutée à l’utilisateur et variés.

On oublie donc tout de suite les contenus vides ou dupliqués, qui constituent une des pires erreurs SEO à ne jamais commettre.

Privilégiez plutôt des contenus qui respectent ces trois critères.

Inédit

Tous vos contenus, qu’il soit textuel ou visuel, doivent être totalement inédits et exclusifs.

C’est-à-dire qu’ils ne doivent pas être copiés, en partie ou en totalité, sur un autre contenu.

Et ce, que ce soit en interne ou en externe.

En gros, même si vous dupliquez votre propre contenu, Google considérera quand-même ça comme du contenu dupliqué.

Et le duplicate content c’est mal.

Cependant, il arrive qu’on soit malgré tout obligé de dupliquer un contenu dont on est l’auteur.

C’est notamment le cas des fiches produits sur les sites de e-commerce par exemple.

Dans ce cas, il vous suffira d’insérer ce qu’on appelle une balise canonical, ou URL canonique.

Cette balise sert à indiquer à Google que vous avez repris le contenu d’une autre de vos pages.

Elle lui indiquera également que la page contenant la balise canonical est la plus importante, et donc celle à référencer.

Mais pour tous les autres contenus, le duplicate content reste la pire chose à faire au niveau du seo.

Alors pour être bien référencé, assurez-vous de toujours produire des contenus inédits.

Non seulement ça plaira à Google, mais ça plaira aussi à vos visiteurs.

Qualitatif

Pour être bien vu par Google, un contenu doit aussi être qualitatif.

C’est-à-dire qu’il doit apporter une vraie valeur ajoutée à votre site.

Un contenu qui n’apporte rien à l’utilisateur est un contenu qui n’a aucune chance d’être premier sur Google.

Pour les contenus écrits, ça se traduit notamment par la fiabilité et le sérieux des informations qu’ils contiennent.

De ce fait, ces derniers devront être documentés et appuyés par des sources fiables dès que possible.

Quant aux contenus plus visuels, ils devront être d’une qualité irréprochable, et toujours à forte valeur ajoutée.

D’ailleurs, la qualité est la pertinence des informations transmises à travers le contenu de la page ou du site est reflété par une note allant de 0 à 100, symbolisant son niveau autorité.

Cet indice est appelé trust flow, couramment abrégé en TF.

Plus votre contenu écrit contient des informations pertinentes, et plus le TF de votre site augmente.

À titre d’exemple, Wikipédia possède un TF de 100, soit la note maximale en terme d’autorité.

On considère cependant que la moyenne pour ces metrics se situe autour de 30.

Attention en revanche au citation flow, ou CF.

Cet indice mesure la popularité d’un site web, mais ne prend pas en compte la qualité des contenus.

Mais d’une manière générale, plus un contenu est qualitatif, plus il est populaire.

Et donc, mieux il est référencé par Google.

Varié

C’est le dernier des critères de référencement Google pris en compte en ce qui concerne les contenus.

Pour être bien vu par Google, vous devez proposer des contenus variés.

Si vous ne faites que des contenus écrits, vous devez absolument varier les thématiques.

Et dans l’idéal, vous devez proposer des contenus de différentes natures.

Vous pouvez par exemple utiliser des vidéos, pour l’interactivité et l’expérience utilisateur.

Et vous pouvez coupler ça à des articles de blog, ou des infographies sous forme de photo.

L’idée générale, c’est de faire du content marketing.

C’est-à-dire créer des contenus ludiques, interactifs et uniques afin d’attirer les visiteurs vers votre site.

Cette stratégie présente un double avantage.

D’un côté, ce type de contenu génère davantage d’interactions que tout autre type de contenu.

De l’autre, cela permet d’être fortement apprécié de Google en recherche constante de nouveauté pour ses utilisateurs.

En créant de l’engagement et en aidant Google à enrichir qualitativement son moteur de recherche, vous vous assurez d’augmenter vos probabilités d’être mieux référencé.

Alors n’hésitez pas à varier les contenus, tant rédactionnels que visuels.

2. Astuces SEO relatives aux performances techniques du site

On attaque le deuxième facteur de référencement le plus important aux yeux de Google.

Les performances techniques d’un site sont en effet primordiales pour être bien référencé.

Et ça commence par une expérience utilisateur irréprochable.

Une expérience utilisateur riche et agréable

On dit souvent en SEO que l’on travaille pour Google avant tout.

Mais en réalité, tout le subterfuge consiste ici à travailler pour les visiteurs humains.

En soit, de concilier UX et SEO.

Car Google a beau fonctionner avec des robots, ces derniers accordent de plus en plus d’importance aux humains.

Et tout particulièrement à la qualité de l’expérience utilisateur.

D’ailleurs, Google lui-même le dit : « Privilégiez l’utilisateur, le reste suivra. ».

Ce mantra se place d’ailleurs en première position de ses 10 principes fondamentaux.

Pour vous dire l’importance qu’il porte à l’utilisateur…

Il faudra donc veiller à lui offrir un site toujours plus fluide et bien construit, avec un fil conducteur cohérent.

En soit, un site user-friendly (= conviviale, pour les non bilingues).

Parce que, bon s’il arrive sur un site où c’est le bordel dans les pages, avec des 404 à tous les coins de rue, il va vite déguerpir.

Attention à l’abus de publicités par exemple, qui peut vite engendrer une fatigue publicitaire irréversible.

Veillez aussi à ce que votre site soit totalement responsive afin de s’adapter à la navigation sur smartphones et tablettes.

Car aujourd’hui, plus de 75% du trafic est sur mobile.

Et Google le prend bien sûr en compte dans son algorithme en favorisant les sites responsive, c’est-à-dire dont l’affichage est conçu pour s’adapter à tout type de support.

Veillez donc à optimiser votre site pour la navigation sur desktop, tablette et mobile.

Et bien sûr, un bon site web doit être très rapide.

La rapidité du site

Plus études ont démontré l’impact de la vitesse de chargement d’un site sur les revenus qu’il génère.

En effet, l’internaute d’aujourd’hui étant de plus en plus impatient, il advient qu’un site lent amène nécessairement un taux de rebond élevé et donc une perte de visiteurs sur le court, moyen et long terme.

D’ailleurs, il faut savoir qu’un visiteur humain ne met pas plus de 10 secondes à se décider quand il regarde un site web.

Et si ce dernier ne s’est pas entièrement affiché dans ce délai, il quittera la page sans aucun scrupule.

C’est d’ailleurs ce que font aussi les robots de Google, toujours dans ce souci d’expérience utilisateur.

Pour des bonnes positions sur Google, la vitesse de téléchargement de vos pages web doit être excellente.

C’est le genre d’optimisation pour le référencement qu’il faut à tout prix réaliser pour augmenter son trafic.

Oubliez donc les pages et plugins trop lourds à charger, surtout sur les sites WordPress.

Concentrez-vous plutôt sur un site plus simple, mais dont chaque page ne met que quelques secondes à charger.

Vous pouvez pour cela utiliser un thème léger (qui contient que peu de fonctionnalité) combiné à un plugin de mise en cache comme WP Rocket.

Vous y gagnerez à tous les niveaux.

Choisir le bon thème WordPress

Le choix de votre thème WordPress a une influence considérable sur le développement de votre site web.

En sus d’être SEO friendly et codé à la perfection, ce dernier doit aussi être adapté à votre cible et à ses besoins.

Vos visiteurs se sentiront en effet bien plus confortable et plus enclin à y rester longtemps si c’est le cas.

Et comme le temps passé par chaque visiteur sur votre site est l’un des critères pour référencer correctement votre site web et le mettre plus ou moins en avant, vous comprenez l’importance d’utiliser un thème adéquate.

3. Astuces SEO pour travailler son Netlinking

Le réseau de liens est le troisième facteur de référencement Google le plus important.

SEO et linking sont en effet intimement liés.

Et qu’il soit interne ou externe, il est impossible de ranker correctement sans se constituer un réseau de liens.

Il est donc normal de trouver dans cette partie de nombreuses astuces SEO intéressantes.

On peut distinguer ici deux sous-parties : les liens internes d’un côté, et les liens externes de l’autre.

Le maillage interne du site

Le maillage interne sert à tisser un réseau de liens (comme une toile d’araignée) entre toutes les pages d’un site web.

Plus exactement, il s’agit créer des passerelles entre vos différentes pages, afin d’aider Google à en comprendre l’architecture.

L’idée centrale derrière le maillage interne est donc d’insérer dans un contenu des liens pointant vers un autre contenu du même site.

On insère ces liens sur ce qu’on appelle des ancres, c’est-à-dire un mot clé renvoyant vers le lien quand il est cliqué.

C’est d’ailleurs exactement sur ce quoi repose le web, sauf qu’ici on ne tisse pas la toile sur l’ensemble des pages du web mais uniquement à travers le site web en question.

Il est toutefois important de garder à l’esprit que chaque lien interne dilue le jus du contenu dans lequel il est inséré.

Pour mieux comprendre ce principe, imaginez-vous une baignoire, qui représente un article de votre site web.

Visualisez ensuite plusieurs petites baignoires, symbolisant toutes les liens internes que vous y insérez.

Chaque fois que vous insérez un lien interne, l’eau contenue dans la grande baignoire se déverse dans une plus petite.

Raison pour laquelle il ne faut pas abuser des liens internes pour de ne pas trop diluer le jus de la page.

Maintenant, je ne vais pas vous le cacher, le maillage interne est certainement la plus « compliquée » des optimisations SEO

Car ça demande un peu de technique, et surtout de pratique, avant de porter réellement ses fruits.

D’ailleurs, en parlant de technique, sachez qu’il existe actuellement deux techniques très connues de maillage interne si chère à Laurent Bourrelly, expert SEO.

Le cocon sémantique d’un côté, et le siloing de l’autre.

La première étant assez horizontale, alors que la seconde est plutôt verticale.

En effet, le cocon sémantique va chercher à relier les pages ayant la même sémantique alors que le siloing va chercher à créer des liens entre des pages traitant de la même thématique.

Aucune de ces deux techniques n’est réellement meilleure que l’autre.

Mais on considère souvent la stratégie de silo comme étant un peu plus technique.

Si vous vous en sentez capable, allier les deux vous conférera une grosse puissance SEO.

Le réseau de liens externes pour une meilleure position Google

Parmi les quelques 200 facteurs de référencement importants, le linking externe occupe la troisième place.

Les liens externes (appelé Backlinks) permettent en effet d’augmenter les indices d’autorité et de popularité d’un site web.

Pour ceux qui sont perdus, un lien externe est tout simplement un lien fait par un site A vers un site B afin d’augmenter l’autorité de ce dernier (si et seulement si le site A a plus d’autorité que le site B).

Le site A transmet au site B ce qu’on appelle du jus SEO, indiquant ainsi à Google que le second est considéré comme fiable par le premier.

Concrètement, c’est comme si par exemple Wikipédia (site B) faisait un lien vers mon site web (site A) (on peut toujours rêver).

Mais attention, tous les liens externes ne sont pas bons à prendre.

Un backlink provenant d’un site étant lui-même considéré comme non fiable est inutile, voire délétère.

Il faut en effet s’assurer d’obtenir un lien provenant d’un site à fort indice d’autorité et de popularité (TF / CF).

De même, le backlink obtenu devra provenir d’un site traitant de la même thématique, afin de conserver la pertinence éditoriale du site qui le reçoit.

Il faut toutefois souligner qu’il est tout à fait possible d’être premier sur Google sans aucun backlink.

A contrario, on trouve beaucoup de site ayant un réseau de liens externes très étoffé, mais dont aucun contenu n’est bien positionné.

C’est la raison pour laquelle ce facteur de référencement continue de susciter le débat parmi la communauté SEO.

Pour obtenir ces fameux liens externes, les partenariats avec d’autres sites (Guest Blogging) est souvent la solution privilégiée.

Mais vous pouvez également utiliser un PBN (private blog network).

Pratiquer le guest blogging

Pratiquer le guest blogging vous permet de toucher un public plus important.

Cette technique consiste à rédiger des articles sur le site internet d’un autre blogueur dont la cible est similaire à la vôtre.

Ainsi, vous allez pouvoir insérer des liens vers votre site internet et profiter de son audience.

Le guest blogging est une très bonne technique pour augmenter ses positions sur Google, notamment si vous écrivez pour des blogs influents.

Le PBN

En gros, il s’agit d’un réseau de sites dont vous achetez les noms de domaines, pour y publier des textes contenant des liens vers votre site web.

Toutefois, cette astuce SEO est plutôt réservée aux agences qu’aux particuliers.

De plus, la frontière avec le SEO black hat est relativement ténue.

Et le réseau de liens externes peut vite faire sombrer un site web s’il est mal réalisé.

Il ne s’agit ici que de quelques astuces de référencement parmi tant d’autres.

Celles-ci constituent une base essentielle pour booster votre trafic et remonter dans les résultats Google.

Les actions Off-Site pour augmenter ses positions dans les SERP

Certains experts SEO prétendent que les actions Off-Site n’ont aucun impact sur le référencement d’un site et sa capacité à augmenter de position dans les SERP.

Matt Cutt, ancien ingénieur chez Google, expliquait d’ailleurs dans une vidéo que les réseaux sociaux ne jouaient absolument pas sur le positionnement d’un site web.

Mais voilà, ça, c’était en 2014…

Depuis, les choses ont bien évolué et l’algorithme de Google et Bing avec.

Car aujourd’hui, comment ne pas imaginer les moteurs de recherche prendre pas en considération l’impact d’un trafic en provenance d’un partage d’article sur un réseau social tel que Facebook ?

Et ceci d’autant plus lorsqu’il s’agit de son propre réseau social : YouTube ?

Par ailleurs, faisons preuve un peu de bon sens.

L’objectif principal de Google et Bing a toujours été de mettre en avant le contenu qui plaît le plus aux internautes.

Et pour y arriver, quoi de mieux que de récupérer de la donnée sur ces derniers ?

Durée de lecture, clic sur un lien dans l’article, temps passé sur le site sont autant de métriques que Google peut tout a fait injecter dans son algorithme pour juger de la qualité d’un article.

Ainsi, il advient que plus grand sera le nombre de visiteurs sur une page, plus grand sera la capacité de l’algorithme à déterminer si oui ou non la page vaut la peine d’être montré à un plus grand nombre de personne.

C’est d’ailleurs ce qui se passe sur YouTube où l’engagement des internautes est au coeur de son algorithme.

Donc non, pour moi, il est tout autant important de prendre en considération l’impact Off-Site sur le positionnement d’un site que le On-Site.

Alors voici les leviers que vous pouvez actionner.

1. Communiquer sur les réseaux sociaux

Plus un article est partagé sur les réseaux sociaux, plus il a de chances d’avoir un trafic élevé et donc, de voir ses positions sur Google augmenté si l’engagement qu’il génère est important.

Une fois de plus, rappelez-vous que Google aime voir que votre contenu est engageant.

Cela est le signe que votre site est intéressant, et il a donc tout intérêt à le mettre en avant.

Vous pouvez donc placer Facebook au centre de votre stratégie social media.

N’oubliez pas non plus de partager votre article sur Twitter, ou d’utiliser YouTube ou Instagram.

Si vous arrivez à faire une boucle entre vos différents réseaux sociaux, votre trafic peut véritablement croître fortement.

2. Faire appel à des influenceurs

La présence sur les réseaux sociaux et la création d’un plan de communication font partie intégrante du processus pour diversifier les sources de trafic sur son site.

En ce sens, les influenceurs doivent faire partie intégrante de votre stratégie de visibilité web.

Si ces derniers ont une communauté engagée, ils peuvent vous apporter un trafic important.

Attention cependant à ne pas délaisser les plus petits influenceurs qui peuvent aussi avoir un réel impact sur leur communauté, souvent bien plus engagée que celles des mega influenceurs.

3. Utiliser les campagnes emailing

Si vous pensez que les campagnes d’emailing marketing sont obsolètes, permettez-moi de vous dire que vous faites fausse route.

Ce type de communication n’apporte pas de résultats lorsque la qualité des e-mails est pauvre.

En revanche, si vous savez comment capter l’attention de vos lecteurs et optimiser le contenu de vos courriers électroniques, vous pouvez créer du trafic grâce à ce type de campagne.

Vous connaissez maintenant les 9 techniques pour augmenter sa position sur Google.

En prenant en compte l’ensemble de ces critères, vous devriez voir le trafic de votre site internet monter en flèche.

Gardez cependant toujours en tête que le référencement naturel est un référencement de qualité qui met du temps à s’obtenir.

À propos de l'auteur

Consultant en webmarketing et entrepreneur depuis 2013, j’ai créé l’un des sites leader sur la séduction en France avec 1,2 millions de visiteurs annuels et plus d’un millier d’hommes coachés.
En 2017 je décide de créer le site ApprentiMillionnaire et sa chaîne YouTube associée pour aider les entrepreneurs à développeur un business en ligne rentable.

Richard

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Rejoignez la communauté

Recevez par email des vidéos et conseils exclusifs pour développer votre business

>