Vendre un produit en ligne : comment bien vendre un produit sur internet

6 Shares

 

Regarder Comment BIEN vendre un produit en ligne sur YouTube

Le lien vers la BookBox (anciennement BlackBox) de Russell Brunson :

Les liens vers les logiciels SAAS cités dans la vidéo :

Pour la vente de produit matériels :

Pour la vente de produits immatériels :

Les liens vers les logiciels à licence cités dans la vidéo :

Pour la vente de produits immatériels :

Retranscription texte :

Salut mes haters j’espère que vous allez toujours aussi mal ?!

Et dans la vidéo d’aujourd’hui mes haters on va voir ensemble comment faire pour bien vendre un produit en ligne.

Que ce produit soit :

  • Matériel ou immatériel.
  • Le vôtre ou celui d’un partenaire.

Aussi, et avant de commencer la vidéo, je vous rappelle que vous pouvez toujours télécharger librement et gratuitement mon guide cash machine dans lequel je vous montre comment vendre un produit sur internet grâce aux tunnels de vente et aux meilleurs logiciels du marché.

Pour le télécharger, il vous suffit simplement de cliquer sur le petit bouton « i » en haut à droite de l’écran ou dans le lien présent dans la description.

Faites-le, pour votre santé, c’est important.

Bon, donc, comment faire concrètement pour bien vendre un produit sur internet ?

Eh bien pour répondre à cette question aussi délicate et sensible que ma peau … bah délicate et sensible, j’ai décidé, d’un commun accord avec mon patron, de scinder la vidéo en deux parties.

Une première partie dans laquelle je vous montrerais, comment vendre en ligne votre produit ou service.

Et une seconde partie dans laquelle je vous montrerais comment vendre en ligne le produit d’un partenaire.

Et ceci bien sûr agrémenter de mon plus beau sourire d’hypocrite.

Bah ouais… vous avez vraiment cru que ça me faisait plaisir moi de réaliser ce type de vidéo ?

Non mais allo quoi ?

On se réveille.

 Je n’en ai strictement rien à carrer de votre gueule.

Non mais parce que, et c’est primordial que je vous le répète mes haters, quitte à froisser certaines petites fiottes sensibles, mais ce qui est le plus important pour moi, c’est bien de récupérer votre thune.

Qu’on soit bien d’accord.

Ouais ouais…

Bon, j’espère que c’est clair.

Et si ça ne l’est pas, bah allez bien vous faire foutre.

Ceci dit, on peut donc passer à notre première partie : la vente en ligne de ses propres produits et services.

Vendre son propre produit en ligne

Well…

Alors pour cette première partie, on suppose donc que vous avez un produit à vendre.

Parce que si vous vous me posez la question de comment vendre un produit en ligne sans avoir encore un seul produit à vendre, bah, comment dire : c’est un peu chaud pour votre gueule.

Et d’ailleurs je peux même vous dire, sans jugement de valeur bien sûr, que vous êtes un bel ….abruti.

Nan je plaisante bien sûr, vous savez bien que je vous aime fort mes haters [sourire hypocrite]

Tellement fort d’ailleurs que j’ai réalisé une vidéo exprès pour vous dans laquelle je vous liste les 10 seuls types de produits et services que vous pouvez vendre sur internet.

Une vidéo que je vous conseille très fortement d’aller visionner, après celle-ci bien sûr, en cliquant sur le petit « i » ou sur le lien présent en description.

Bon, du coup, c’est bien beau tout ça, mais ça fait 2 minutes que je vous cause et je ne vous ai toujours pas dit comment faire pour vendre un produit en ligne.

Donc pas une ni deux ni trois ni….

Ta gueule…

Ni quatre mes haters on commence tout de suite avec la toute première étape à réaliser : le choix du support de vente.

Vendre un produit en ligne : choisir son support de vente

Le support de vente c’est le logiciel qui sera utilisé pour proposer votre produit à la vente.

Sans lui, pas de vente de produits possible.

Alors concrètement, il existe deux types de logiciels :

  • Les logiciels SAAS tout en un qui vous permettront d’automatiser vos ventes et votre business de A à Z (ou presque).
  • Les logiciels gratuits et à licence.

Pour les logiciels SAAS, on peut citer par exemple :

  • Pour la vente de produit matériels : Shopify et GrooveKart.
  • Pour la vente de produits immatériels : Clickfunnels, Learnybox et Kartra.

Pour les logiciels à licence, on peut citer par exemple :

  • Pour la vente de produit matériels : WordPress couplé à Woocommerce.
  • Pour la vente de produits immatériels : WordPress couplé à ThriveCart et aux logiciels de ThriveThemes.

Encore une fois vous retrouverez tous ces logiciels dans la description de cette vidéo et dans mon guide Cash Machine.

Ceci étant dit, et maintenant que l’on a notre produit et notre logiciel sur lequel vendre notre produit, que faire ?

Eh bien c’est là qu’entre en jeu les fameux tunnels de vente.

Créer un tunnel de vente

Si vous souhaitez vendre un produit en ligne, quels qu’ils soient d’ailleurs, vous vous devez de posséder un système de vente capable de convertir une partie de vos petits curieux en clients.

Et pour ça, rien de mieux que les tunnels de vente.

Bon, je ne reviendrais pas en détail dessus puisque j’ai déjà réalisé une vidéo entière consacré à eux.

Retenez juste qu’en mettant en place un tunnel de vente, vous allez pouvoir, pour le même nombre de visiteurs, obtenir un chiffre d’affaire plus conséquent étant donné que ce système a été créé pour :

  • D’une part ne pas laisser filer vos visiteurs et vos prospects chez le kébab du coin grâce à un ciblage et des relances spécifiques liés à leur besoin et leur comportement ;
  • D’autre part faire augmenter le panier moyen d’achat de vos clients via des produits additionnels type order bump, upsell, downsell, crossell etc.

Et je vous rappelle également au passage que les tunnels de vente sont aussi bien dédiés à la vente de produit matériel qu’immatériel.

Donc que vous ayez un site e-commerce sur lequel vous vendez vos propres produits en ligne ou un site en dropshipping sur lequel vous vendez des produits d’autres entreprises, vous pouvez tout à fait mettre en place des tunnels de ventes afin d’augmenter vos taux de conversion en promouvant vos produits aux bonnes personnes et au bon moment.

Maintenant, on ne va pas se mentir, créer des tunnels de vente n’est pas ce qu’il y a de plus compliqué.

Ce qu’il y a de compliqué mes haters c’est plutôt de comprendre les mécanismes de la conversion et de la vente et bien sûr de les appliquer.

D’ailleurs, pour ceux que ça intéresse, je vous ai mis les liens vers les vidéos qui parlent de ça en description.

Ceci étant dit, place à la prochaine étape et la plus importante de toute : la vente

Comment bien vendre un produit sur internet

Et qui dit plus importante dit également dit « plus compliquée », n’en déplaise à certains…

D’ailleurs, c’est bien souvent à ce niveau-là que le bât blesse mes haters.

En effet, ce qui différencie la masse d’abrutis qui fait n’importe quoi sur internet, et mon dieu qu’est-ce qu’il y en a, de ceux qui réussissent, se trouve belle et bien là : dans vos compétences en vente.

Ou plus exactement dans vos compétences en copywriting et storytelling.

C’est-à-dire dans la façon dont vous avez d’amener vos prospects à leur faire prendre conscience qu’ils ont réellement besoin de votre produit. Cf ma vidéo sur « vendez-moi ce stylo »…

Et dans la façon que vous avez de créer des histoires à forts potentiels émotionnel.

Des histoires ayant non pas pour but d’endormir vos petits bébé prospects mais bel et bien de les tenir en haleine, de créer en eux un véritable ascenseur émotionnel propice à la création d’attraction et donc au passage à l’action.

C’est d’ailleurs au passage la même structure que les êtres humains utilisent inconsciemment pour se séduire.

Sauf qu’ici évidemment l’objectif n’est pas de coucher avec votre prospect (quoi que pour certains pervers entrepreneurs ça pourrait), mais bien de leur vendre votre produit.

Bon, évidemment, pour une page de vente d’un produit matériel type ordinateur, portable, centrale vapeur ou je ne sais quelle autre connerie à la mode, le storytelling ne sert pas à grand-chose puisque c’est principalement les caractéristiques techniques du produit qui doivent être mises en avant.

Dans ce cas-là, préférez plutôt :

  • D’une part utiliser le storytelling sur votre marque via les différents canaux de distribution qu’internet met à votre disposition afin qu’il se répercute à la longue sur votre produit. Exemple : Apple et Coca Cola. Également valable bien sûr si vos produits sont immatériels. Ça va de soi.
  • D’autre part, réaliser des articles, vidéos ou podcast qui racontent des histoires sur un sujet proche du produit en question.

Bon, sachez que je ferais très certainement une vidéo spécialement dédiée au copywriting et au storytelling.

Mais en attendant, et si vous êtes dans l’optique de vendre en ligne votre produit ou service, un conseil : formez-vous !

Ne faites pas la même erreur que moi, rapiat que je suis, en voulant à tout prix garder votre argent en pensant que vous allez pouvoir réinventer la roue en peu de temps.

En pensant que vous n’avez besoin de personne, que vous êtes tellement bon que vous y arriverez tout seul rapidement.

Certes, avec ce putain d’égo à la con il se peut que vous obteniez quelques résultats en allant chercher par ci par là l’information sur internet.

Mais si vous voulez vraiment augmenter significativement vos taux de conversion et vos ventes, vous vous devez d’aller chercher la meilleure information possible.

Une information à la fois structurée et capable de vous faire passer un cap rapidement.

Perso, le meilleur investissement que j’ai fait de ce côté-là c’est de me procurer la BlackBox de Russell Brunson.

Et on ne parle pas d’un produit à 1000€

On parle d’un produit à 50€.

Après si vous n’êtes pas prêt à investir 50 balles dans un produit qui peut vous en rapporter des milliers, je ne peux rien pour vous mais au moins je vous aurais passé l’info.

Pour ceux que ça intéresse, le lien est encore une fois dans la description.

Ceci dit, et maintenant que vous savez qu’il faut un produit, une plateforme de vente, un tunnel de vente et des compétences en vente, place à la dernière étape : le trafic qualifié !

Vendre un produit sur internet : obtenir un trafic qualifié

Et je dis bien « qualifié ».

Oui oui, mémé et pépé ne sont pas qualifiés, alors on oublie tout de suite.

Merci.

Un trafic qualifié c’est plutôt des personnes réellement intéressées par le produit et service que vous proposez.

C’est-à-dire des personnes :

  • Prêtent à acheter votre produit sans avoir besoin de se faire péter le crâne par votre argumentaire de vente. Ceux-là bénissez-les mes haters, ce sont votre trésor caché.
  • Ou alors des personnes qui ont une envie irrésistible d’appuyer sur le bouton « acheter » mais qui réfrènent leur pulsion pour je ne sais quelle foutue raison à la con. Ceux-là ne les insulté surtout pas oh malheureux ! non non ! Choyez-les jusqu’au dernier et montrer leur à coup de techniques marketing et techniques de vente qu’ils doivent passer à l’action. C’est pour leur bien, qu’ils en aient conscience ces petits.

Alors évidemment, on n’est pas maso, le mieux serait de trouver des personnes figurant dans la première catégorie.

Mais bon, on n’est également pas né de la dernière pluie, et on sait très bien que c’est surtout sur la deuxième catégorie qu’on tombera.

Et c’est bien normal.

Pourquoi irais-je cracher le peu de thune qui me reste à la fin du mois à une entreprise que je ne connais pas et dont les produits sont peu voire pas du tout recommandés ?

Hein, pourquoi ? Pourquoi diable irais-je fais ça ?

Aucune raison.

D’où l’importance de bien mettre en application les conseils fournis dans mes précédentes vidéos histoire que les plus indécis de vos prospects prennent tout de même la décision de passer à la caisse.

Toujours est-il qu’il faut vraiment que vous ayez conscience que la première étape avant l’achat provient du type de trafic que vous amenez sur vos produits.

Et de ce fait, il est capital de réaliser un premier filtre en amont du processus de vente.

Mais pour vous en convaincre, prenons un exemple.

Imaginons que vous recherchez des chaussures pas chères, avec un bon rapport qualité/prix.

En vous baladant sur Facebook, vous voyez un post passé concernant un article sur les meilleures chaussures rapport qualité/prix.

Vous cliquez dessus et tombez sur le site d’un marchant fabriquant des chaussures haut de gamme.

Pensez-vous vraiment que c’est la meilleure manière de procéder pour vendre son produit en ligne ?

Bon, certes le site aura récupéré un peu de trafic vous me direz.

Mais celui-ci sera tellement peu qualifié que ce n’est même pas dit qu’une personne achète une de ses pairs.

Donc non, la meilleure manière de procédé aurait plutôt été de créer un article en lien avec les chaussures haut de gamme puis de faire un lien vers sa boutique et ses chaussures.

Ou bien alors proposer un mini guide gratuit sur les chaussures haut de gammes.

Bref, un truc avec un peu de cohérence quoi, merde !

Si vous voulez vraiment que la conversion soit plus importante et la vente plus simple, n’ayez pas peur de tout miser sur le trafic qualifié !

Misez votre femme, votre clébard ou je ne sais quel autre bordel mais au moins faites-en sorte que ce trafic soit intéressé par ce que vous avez à lui vendre.

On ne vous demande pas la lune, alors faites-le.

Maintenant, pour que ce trafic qualifié arrive sur votre site internet ou votre boutique en ligne, vous avez deux possibilités.

Soit :

  • Vous allez le chercher gratuitement.
  • Vous payez pour l’obtenir.

Pour la version gratuite, vous pouvez par exemple :

  • Partager votre site ou votre boutique en ligne sur vos comptes personnels Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram, Snapchat et inciter vos amis à partager. Le but étant de rameuter les amis de vos amis intéressés par vos produits.
  • Partager votre site, votre boutique en ligne ou votre contenu gratuit sur les forums ou les différents groupes Facebook, Google+ et LinkedIn liés à la thématique de votre niche.
  • Réaliser un article invité ou une vidéo interview pour un blog ou une chaîne YouTube lié à votre thématique.
  • Créer un blog, une chaine YouTube, un podcast et un compte Instagram avec du contenu en lien avec ce que vous désirez vendre comme produit.

Maintenant, pour la version payante, vous avez le choix d’utiliser :

  • La publicité Facebook Ads, Twitter Ads, Google Ads, Bing Ads et Taboola ;
  • Les partenariats avec des influenceurs et des blogueurs.

A vous de voir laquelle des deux solutions et laquelle de ses plateformes vous convient le mieux en ayant toujours en tête bien sûr que tout est une question de ciblage dans la vente de produit en ligne.

Ceci étant dit, et maintenant que vous connaissez les 5 éléments nécessaires pour vendre en ligne un produit, on peut passer à la deuxième partie de la vidéo : la vente de produit sur internet via l’affiliation.

Vendre en ligne un produit d’une autre entreprise grâce à l’affiliation

Ok, bon, pour cette partie on va aller assez vite car vendre en ligne un produit en affiliation revient quasiment au même principe que la vente de ses propres produits.

La seule différence entre les deux systèmes se trouve au niveau de l’étape de la vente puisque ce n’est pas vous qui réaliser la page de vente du produit que vous promouvez.

Du coup, pas trop besoin de s’occuper du copywriting et du storytelling.

Enfin… pas tant que ça ….

Parce que quand bien même vous n’ayez pas à créer la page de vente du produit et à vos occuper du copywriting et du storytelling de cette dernière, il n’en demeure pas moins que vous devez tout de même faire la promotion du produit via une stratégie d’emailing marketing et de content marketing.

Parce que si vous pensiez qu’il suffisait de foutre vos liens d’affiliés partout sur la toile pour bien vendre le produit d’un partenaire, vous vous fourvoyez.

Car pour vendre le produit d’un partenaire sur internet, tout passe parce que l’on appel : la preframe.

La preframe c’est LE concept LE PLUS IMPORTANT à connaître en affiliation.

Je ferai certainement une vidéo sur le sujet tellement il y a à dire dessus, mais pour faire court, preframer c’est faire prendre conscience au prospect que le seule et unique moyen d’atteindre A c’est d’avoir B.

Ou A correspond à ce qu’il désir et lié aux 3 besoins primaires dont je vous ai parlé dans ma précédente vidéo, et B au produit que vous promouvez.

Et pour faire ça, bah vous l’aurez compris, ça revient à vous y connaître un minimum en copywriting et storytelling.

Aussi, et pour en revenir à la partie emailing marketing, sachez qu’il y a deux stratégies sous-jacentes que vous pouvez mettre en place en parallèle.

  1. La première consiste à récupérer l’email du prospect puis ensuite de l’envoyer directement vers la page de vente du produit avec des relances emails derrière. Vous pourriez même créer une pré page de vente en mode VSL ou vidéo démo pour augmenter vos probabilités de conclure la vente.
  2. Tandis que la seconde stratégie consiste à récupérer l’email du prospect puis de l’envoyer vers une page de capture de mail de la société éditrice du produit que vous promouvez. En vous assurant bien sûr que votre prospect est bien tagué chez eux. De cette manière, en plus de recevoir vos contenus et offres par email, votre prospect recevra également celles de votre partenaire. Augmentant par la même occasion les probabilités que votre prospect achète le produit et vous fasse générer des commissions.

Voili voilou.

Sur ce, je pense que j’en ai déjà pas mal dit à propos de la vente de produits en ligne.

Si vous avez des questions, c’est dans les commentaires que ça se passe.

En attendant, et si cette vidéo vous a plu, pensez à la partager, à vous abonner à la chaîne et caresser tendrement le pouce like en bas de la vidéo.

Et si ce n’est pas le cas, je vous laisse me défoncer dans les commentaires et me mettre un gros dislike.

Allez, sur ce, moi je vous dis à la prochaine pour une nouvelle vidéo et attendant rappelez-vous bien d’une chose : hate marketing, not marketers ! bim !

6 Shares

2 commentaires

  1. Avatar Joël

Laisser un commentaire